Travailler trop peut vous rendre chauve

Passer de longues heures au bureau accélère la chute prématurée des cheveux, selon une étude sud-coréenne. Les chercheurs ont examiné 13.391 hommes âgés de 20 à 59 ans et découvert que ceux passant plus de 52 heures au travail par semaine avaient deux fois plus de chances d’être chauves avant 30 ans que ceux ayant des horaires de travail « normaux » (40 heures par semaine). Et ce, quelles que soient leurs habitudes de vie par ailleurs et à côté (consommation de tabac, niveau de revenu, éducation…).

Les personnes qui travaillent longtemps ont deux fois plus de chance de devenir chauves

« Plus on travaille longtemps, plus l’alopécie augmente proportionnellement », indique Kyung-Hun Son, l’auteur principal de l’étude. Le stress est un facteur connu pour favoriser l’alopécie. Chez la souris, il a été montré qu’il inhibe la pousse de poils, et d’autres études suggèrent qu’il entraîne une inflammation des follicules pileux, aboutissant à la mort des cellules et la chute du cheveu. Pour Kyung-Hun Son, « il est nécessaire de limiter les heures de travail, surtout entre 20 et 30 ans lorsque la perte de cheveux commence ». Un argument de plus pour les partisans des 35 heures.

Travailler plus de 52 heures par semaine double vos chances de devenir chauve.

Les chercheurs de la Sungkyunkunkwan University School of Medicine en Corée du Sud ont étudié plus de 13 000 hommes âgés de 20 à 59 ans entre 2013 et 2017.

Ils les ont divisés en groupes en fonction des heures travaillées, puis ont recueilli les données.

D’autres facteurs comme le statut matrimonial, le revenu, le tabagisme et d’autres ont également été pris en compte.

Ils ont constaté qu’un allongement du temps de travail était étroitement lié à la calvitie.

L’auteur principal Kyung-Hun Son a déclaré : « Les résultats de cette étude démontrent que les longues heures de travail sont associées de manière significative au développement accru de l’alopécie chez les travailleurs masculins. »

« La limitation des heures de travail afin de prévenir le développement de l’alopécie peut s’avérer plus nécessaire chez les jeunes travailleurs, comme ceux des années 20 et 30, au cours desquelles les symptômes de perte de cheveux commencent à apparaître. »

Des interventions préventives pour promouvoir des horaires de travail appropriés et raisonnables sont nécessaires dans notre société.

La recherche, qui a été publiée dans les Annals of Occupational and Environmental Medicine, n’incluait pas les femmes.

Son fils a ajouté : « De nombreuses études ont révélé le mécanisme du développement de l’alopécie par le stress. »

Asma Asma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page